dimanche 3 septembre 2017

Quand un médecin illustre l'oeuvre d'un prêtre...

On entend rarement parler de Marc Ratal. On trouve du reste peu de choses à son sujet sur Internet. Il est vrai qu'il n'a pas eu une carrière flamboyante et qu'il n'a pas sorti pléthore d'albums de BD mais cet Anversois né en 1922, auquel on doit seulement deux albums de Puck Reporter, continue à avoir ses admirateurs. Sa cote n'atteint sans doute pas des sommets mais il faut remettre les choses dans leur contexte. Marc Ratal se lance, en effet, dans la bande dessinée pour financer ses études de médecine à l'ULB.

Comme il ne pouvait suivre de front ces deux carrières, il décide de mettre un terme à son activité de dessinateur et se consacre à la médecine. Il exercera cette profession en tant que généraliste, non loin de la gare du Nord. 

Comme l'une des BD "Puck Reporter" a égayé mon enfance, mon regard a immédiatement été attiré par cette pochette d'un livre écrit par Francis Finn, "Lucky Boy" et publié aux éditions Desclée De Brouwer et Cie. Finn était un prêtre qui a publié pas moins de 27 romans pour adolescents. C'est la seule illustration du médecin dessinateur. J'ignore si Marc Ratal a réalisé d'autres couvertures ou illustrations mais je trouve celle-ci charmante et... pittoresque, oui, c'est ça : pittoresque. 

samedi 19 août 2017

Le disque en crise au milieu des années 60

C'est drôlement intéressant de feuilleter les vieux magazines. Dans l'hebdomadaire catholique, "Le Patriote Illustré" du 24 septembre 1967, j'ai lu un article signé Jacques Mercier, sur le marché du disque. A l'heure où le vinyle refait surface sur les platines, j'ai été étonnée d'apprendre qu'en 1967, le disque se vendait moins bien. Pour expliquer cette crise, le journaliste avançait l'argument de la surproduction.

Depuis la moitié des années 60, on vend moins de disques. Le déclin est significatif puisqu'on parle de 40% de ventes en moins, écrit-il. Et pourtant, les célébrités de la chanson poursuivent leur ascension, comme Richard Anthony ("J'entends siffler le train" écoulé à un million d'exemplaires) ou Gilbert Bécaud ("Et maintenant") qui dans toutes ses déclinaisons, s'est vendu à deux millions d'exemplaires). A l'époque, il paraît que l'EP, à savoir les 45 tours comportant quatre titres, a impacté la vente des 45 tours traditionnels. Avec l'EP, les producteurs proposaient généralement un morceau accrocheur et trois titres de moindre qualité. Le souci, c'est que l'EP coûte cher que beaucoup n'en achètent pas pour cette raison.

Un autre argument invoqué est que les passages trop fréquents en radio nuisent à la vente des vinyles. Entendre constamment un tube sur les ondes, découragerait l'acquisition d'un disque. Cela aurait aussi un effet néfaste sur les tournées. Seuls les vedettes drainent encore les foules. Pour les autres, le public devient plus confidentiel. Enfin, Jacques Mercier pointe un doigt accusateur vers la musique anglo-saxonne qui réalise 50% des ventes en Belgique, en 1967.


Introduite en 1963 par Philips, la minicassette (ou musicassette) commence à percer sur le marché de la musique. Si les ventes sur ce support n'ont jamais vraiment décollé, la cassette audio redevient tendance. Elle avait été détrônée par le CD mais aujourd'hui, les ventes de cassettes auraient augmenté de 74% aux Etats-Unis, selon le cabinet Nielsen. Un phénomène de mode qui demeure malgré tout très modeste et qui serait dû aux "Gardiens de la galaxie" et à son "Awesome Mix", en 2014.  

Revenons à la conclusion de Jacques Mercier en 1967 : "La crise vient tout simplement d'une surproduction. Il faut attendre le tassement, l'équilibre, la disparition des "fausses idoles". Eh bien, mon bon Jacques, on n'est vraiment pas sorti de l'auberge.

samedi 5 août 2017

Le temps des copains et du hit parade

Nous sommes en automne 1965, pile-poil dans les années yéyé et tout le monde (ou presque) écoute le hit parade de "Salut Les Copains". Daniel Filipacchi donne le ton sur Europe 1, tous les jours sur le coup de 17 heures. Ce hit parade est créé, en 1959, par Filipacchi et Frank Ténot, sur une idée originale de Jean Frydman. Le titre de l'émission s'inspire d'une chanson de Gilbert Bécaud, "Salut les copains" (1957). 

Vous les copains, je n'vous oublierai jamais


Le terme est résolument à la mode puisque Johnny Hallyday va le récupérer pour le titre de son deuxième album en 1961. La célèbre marque Vespa l'avait déjà utilisée pour ses publicités, une année auparavant. En en 1962, le magazine est créé, magazine dont est extraite cette page qui passe en revue le classement des chansons du 15 octobre au 15 novembre 1965 (Numéro 41 de "Salut les Copains" de décembre 1965).

Le Belge Adamo est numéro un avec "Comme toujours", une balade à la mélodie fraîche mais aux paroles un peu amères. Adamo semble dire à ses copains qu'il est demeuré le même malgré le succès. Eux qui semblent lui en vouloir d'avoir suivi son destin. Johnny Hallyday y coince cinq de ses titres dans le top 50, dont "Mon anneau d'or" en troisième place, un slow langoureux qui invite à la danse très serrée. Et en parlant de Johnny, en 1963, l'émission annonce très discrètement qu'un concert gratuit de Johnny aurait lieu sur la place de la Nation à Paris. Près de 150.000 jeunes s'y précipitent en masse. C'était inédit à l'époque.

Les titres américains largement adaptés en français


Sheila est numéro deux avec le morceau country "Le folklore américain", Amérique qui est d'ailleurs très en vogue chez les jeunes interprètes francophones des années 60. Hugues Aufray en numéro cinq a adapté en français la chanson de Bob Dylan, "Tambourine man". L'époque fait place à de nombreuses reprises de standards US. Les noms de scène sont, en outre, souvent américanisés : Dick Rivers, Eddy Mitchell, Johnny Hallyday, Sheila...

Claude François y compte trois chansons, dont "Même si tu revenais" en numéro quatre. Françoise Hardy en place quatre et France Gall, deux. C'est qu'on ne produisait pas tant de titres qu'aujourd'hui. Du coup, les artistes plaçaient plusieurs de leurs titres dans le hit parade.

Coup d'oeil vers les chansons de langues étrangères qui occupaient le bas du classement en terme d'intérêt pour la France. Les choses ont bien changé. Les Beatles figurent en première place avec l'indémodable "Yesterday". Il s'agit vraisemblablement du titre le plus diffusé en radio et en télévision. Et c'est l'une des compositions qui comporte le plus de covers. "Help" et "I'm down" sont respectivement en troisième et dixième position. Egalement groupe phare des années 60, les Rolling Stones placent deux morceaux, "Get off of my cloud" en deuxième place et "Satisfaction" en septième.

jeudi 20 juillet 2017

Ken et Allan, les gais amis de Barbie

Cette publicité est extraite du numéro 41 de Salut Les Copains (décembre 1965). Outre le fait qu'il s'agit d'un beau document d'époque, cette réclame a quelque chose qui m'a interpellée. Regardez bien. Ken et Allan semblent se tenir la main. De là à imaginer que..., il n'y a qu'un pas. Ils sont comme des jumeaux et se partagent tout. Même si dans la "vraie vie" des poupées, ils étaient en réalité copains puisque Allan a été introduit en 1964 et qu'il était le petit ami de Midge. Le couple s'est d'ailleurs marié!

 

mercredi 12 juillet 2017

Mais que s'est-il passé à Beauraing dans les années 30 ?

J'avoue que j'étais moins interloquée par le sujet que par la maison d'édition de ce fascicule consacré aux apparitions de la Vierge à Beauraing

Cette brochure diffusée en 1932, est effectivement estampillée "Editions Rex". Ce qui hélas ne se réfère pas aux heures les plus glorieuses de l'histoire belge. En 1932, le mouvement n'était pas encore constitué en parti. Deux années plus tôt, Léon Degrelle est nommé directeur de la petite maison d'édition Christus-Rex. Celle-ci se spécialise dans la publication de brochures pour l'Action catholique. Sur le dos du fascicule, on peut lire : "Sous la présidence de Mgr Picard, Aûmonier de l'ACJB et la direction de Léon Degrelle, les Editions Rex lancent la "Collection Nationale de Rex", qui apporte au grand public à date régulière (...) des livres de nos plus grands écrivains (...)"

Le Docteur Maistriaux s'intéresse donc en 1932 au phénomène des apparitions de Beauraing. Ce n'est pas par hasard. La curiosité d'un médecin pour ces manifestations, confère sans aucun doute à l'événement un sceau scientifique. L'introduction est, à ce titre, éloquente. Le Dr Maistriaux attire l'attention sur les campagnes de dénigrement orchestrées par la presse, raison pour laquelle il a accepté d'écrire cette brochure. "Je le fais volontiers ayant pu constater combien la presse s'y entend pour déformer les faits quand ce n'est pas pour les faire servir aux plus basses calomnies et aux plus méchantes interprétations."

"Récit tout objectif d'un témoin de chaque jour, d'un médecin connaissant et ayant soigné les sujets en question. Enumération spontanée d'actes, de gestes, de paroles sans aucune prétention... pardon, une seule, celle d'être l'expression exacte de la vérité... sans la moindre recherche de littérature ni de poésie." Voilà, voilà. Le ton est donné. La hem! hem! science et rien d'autre. Enfin, presque. Parce qu'après tout, le bon médecin travaille pour une maison d'édition catholique. "(...) je suis désireux de me rendre utilie à l'Eglise et à la Religion afin d'éviter les mécomptes du ridicule si l'avenir nous révélait le néant des "apparitions" de Beauraing."

Après s'être assuré de l'excellente santé physique et mentale des enfants, le médecin entreprend de détailler tous les mots et les gestes des enfants sur les lieux de la vision. Les interrogatoires (du moins quelques-uns) sont retranscrits. D'après ceux-ci, le Dr Maistriaux en conclut que la Vierge est "toute blanche, fort lumineuse avec des reflets bleux, 1 m 25 environ, des rayons dorés partent de sa tête, comme des aiguilles, ses cheveux sont cachés par un voile blanc, les mains sont jointes, un chapelet pend au bras droit et se perd dans les plis de sa robe. (...) Les yeux sont bleus. (...) Elle est très jeune."

Des expériences dites médicales ont ensuite été menées. Elles furent pour le moins étranges et cruelles. Un médecin a approché une allumette de la main des enfants qui n'ont nullement réagi. On leur a "tapoté" la main et le visage avec un canif sans que les jeunes ne bronchent. Tout absorbés qu'ils étaient dans l'extase...

L'épilogue est attendu : "Dans une attente émue, prions le Ciel, implorons la Sainte Vierge Marie pour que bientôt la lumière se fasse. Trop heureux nous serons si la Providence a daigné choisir notre petit coin de terre wallonne pour être témoins de ses bontés." Ah certes !

jeudi 29 juin 2017

Publicités cultes des années 70

Extraites du magazine "Hit" n° 17 du mois de juin 1973, ces publicités vous donnent un chouia d'idée sur la jeunesse des années 70. Correction : une certaine idée sur la vision de la jeunesse chez les annonceurs des 70.




vendredi 9 juin 2017

Tom et Jerry, meilleurs ennemis et... meilleurs amis


J'en ai engouffré des Tom & Jerry quand j'étais gamine. A l'origine créés par William Hanna et Joseph Barbera, en 1940, pour les studios de la Metro-Goldwyn-Meyer, les personnages ont fait l'objet de centaines de courts métrages. 


Si la série semblait bien innocente et résolument divertissante pour la petite fille que j'étais dans les années 60, elle a été très controversée, entre autres pour son racisme latent (voir la double page) mais surtout pour l'extrême violence montrée dans un dessin animé destiné à un public enfantin. Les gags sont, en effet, parmi les plus corrosifs jamais imaginés. Tom le chat déploie une inventivité jamais égalée pour tuer la souris Jerry. Jerry n'est pas en reste puisqu'à un moment, on le voit tenter de découper Tom en deux. Et pourtant, les deux protagonistes font souvent preuve d'une certaine solidarité et d'une complicité surprenante. Une bilivalence étrange qui fait aussi le succès de cette série. Comme quoi les meilleurs ennemis peuvent aussi être les meilleurs amis...

Tout cela me fait songer à la désormais mythique série "Les Simpsons". Bart et sa soeur Lisa sont effectivement fans d'une parodie gore de "Tom & Jerry", "Itchy & Scratchy"

Au hasard de mes fouilles dans les bouquineries de seconde main, j'ai déniché cet exemplaire original de "MGM's Tom and Jerry and their friends", un petit livre de 128 pages édité par "A Golden Story Book", en 1950. Dans un état impeccable, il n'a visiblement pas été ouvert auparavant car il ne comporte aucune trace et le livre ne comporte aucune ride d'ouverture. Comme l'indique l'ouvrage, il ne compte que trois aventures de Tom et Jerry : Tom et Jerry à la maison, Jerry construit une nouvelle maison et Tom va pêcher. Le restant du bouquin est consacré à d'autres personnages qui font furieusement penser aux animaux de Disney, comme Sammy Squirrel et Wuff the Prairie Dog qui font songer à Tic et Tac.

jeudi 18 mai 2017

Affiche de la savoureuse "Folie des grandeurs"


Affiche achetée à un vieux cinéma de quartier qui connut de belles heures de gloire... il y a des lustres, le film est l'un de mes préférés avec Louis de Funès qui excelle dans ce rôle. Ma réplique favorite fait furieusement songer à l'époque actuelle et à son cynisme implacable : "Les pauvres c'est fait pour être très pauvres et les riches très riches." Celle-là n'est pas mal non plus : "Ne vous excusez pas, ce sont les pauvres qui s'excusent. Quand on est riche, on est désagréable !"

jeudi 20 avril 2017

La case de l'oncle Tom chez Flammarion

Le livre a vieilli. Certes. Mais il demeure un classique dans le genre et une oeuvre majeure de Mme Henriette Stowe (Harriet Beecher Stowe). On considère du reste que la Guerre de Sécession a été déclenchée par les tensions provoquées par ce morceau de littérature. Son auteur était d'ailleurs une abolitionniste qui dépeignait toute l'horreur de l'esclavage, tout en estimant que l'amour chrétien pouvait arranger les choses. Abraham Lincoln aurait prononcé cette phrase en pensant à elle : "C'est donc cette petite dame qui est responsable de cette grande guerre."

Publié chez Flammarion, vraisemblablement dans le début du XXe siècle (1911 ? aucune date n'est précisée dans l'édition que je détiens), le livre - traduit par Kathleen Fitzgerald - est émaillé de superbes illustrations du Britannique Thomas Derrick. L'une de ses oeuvres, "Le jugement de Paris" est exhibée au Brooklyn Museum Of Art, depuis 1925. 

Tout savoir sur "La Case de l'Oncle Tom" (en anglais) : ici.



lundi 3 avril 2017

Quand j'étais tout riquiqui

En 1950, les éditions Vaillant lancent le premier numéro de Roudoudou. Le personnage est dessiné par Arnal, celui-là même qui a créé Pif. Une année plus tard, c'est au tour de Riquiqui de naître sous la plume de René Moreu. Ce dernier a d'ailleurs été, pendant plusieurs années, rédacteur en chef de Vaillant. Ce fut lui aussi qui fut l'un des créateurs de Vaillant avec son épouse Madeleine Bellet, également directrice du mensuel Riquiqui.

Riquiqui est un ourson souriant auquel il arrive de joyeuses aventures. C'est mignon tout plein mais ce qui est plus singulier, c'est le parcours de son auteur.

René Moreu est, en effet, un artiste très sérieux, rattaché au courant de l'Art singulier. Un mouvement qui se distancie de l'art dit officiel par la revendication d'une certaine spontanéité face à l'intellectualisme des artistes établis. Moreu est un artiste hors normes et un peintre prolifique qui va créer des gouaches et des collages et travailler la peinture matière. Em même temps, il pratique le dessin à la craie et au feutre. Il est à l'origine d'une façon inédite de composer en peinture. On est bien loin de Riquiqui.

Dire qu'en 1943, alors qu'il n'a que 23 ans, il est frappé d'une maladie rétinienne qui lui laisse peu d'espoir. Ce qui n'a pas empêché plusieurs générations de tout-petits d'être émerveillés par les "belles images" de Riquiqui.

vendredi 24 mars 2017

La gastronomie du canard en 200 recettes

J'ai déjà évoqué le manuel des Castors Juniors qui constituait l'encyclopédie magique de mon enfance. J'ai récemment exhumé un exemplaire un peu fatigué certes mais dans un état décent des "200 recettes et conseils de Grand-Mère Donald". Initialement édité en 1972, ce bouquin a été réédité en 1978. On en trouve peu de références sur Internet, si ce n'est dans les sites de ventes par enchères. Evidemment, ce n'est pas un monument de la littérature mais pour celles et ceux qui ont été mômes dans les années 70, c'est un incontournable.

Si Grand-Mère Donald est un personnage secondaire de la famille Disney, elle n'en est pas moins le maillon fort de la tribu des canards et une cuisinière hors pair. Elvire (c'est son nom) est, en fait, née en 1855 et est la petite-fille du fondateur de Donaldville. C'est que tous ces sympathiques personnages ont une histoire et même un arbre généalogique. Elvire, donc, est la grand-mère de Donald Duck. Voilà pour vous situer son rôle.

La vénérable dame possède bien entendu les secrets d'innombrables recettes qu'elle consignait dans ses cahiers. Et puisqu'elle ne peut rien refuser à ses chers petits Riri, Fifi et Loulou, elle leur a donné l'autorisation de divulguer plus de 200 délicieuses recettes. Ce qui nous vaut de voyager non seulement dans différentes contrées en quête de recettes du cru mais aussi dans le temps, puisqu'on remonte à la préhistoire avec la recette inédite de la galette croc-mignon

Si ce manuel est destiné à l'usage des plus jeunes cordons bleus, d'aucuns seront sans doute surpris par l'addition d'alcool dans de nombreuses recettes. Autres temps, autres moeurs. Dès les premières pages, le vin est mis à l'honneur. "Il reste que, pris modérément, le vin peut accompagner agréablement un repas. Agréablement et utilement." Le remontant-bouillon allie d'ailleurs le bouillon très chaud au vin rouge pour se réconforter après une dure journée de travail. Et Grand-Mère Donald ne se prive pas de quelques cuillerées d'alcool dans ses desserts: porto ou marsala dans les abricots Bel Canto, liqueur de menthe dans le chevalier à la menthe, Cointreau dans le Régal Exki, calvados dans l'Oslo-Omelette,...

Le manuel est, en outre, farci d'anecdotes pimentées sur la gastronomie qui rend la lecture très plaisante et didactique. Saviez-vous que le mot "café" se prononce grosso modo de la même façon partout dans le monde ? Et que le gastronome humoriste Curnonsky a dit : "La bonne cuisine, c'est lorsque les choses ont le goût de qu'elles sont" (sage homme) ? Et aussi que l'estomac de renne est un plat de fête pour les Lapons ? Il paraît même qu'en Indochine, on ne demande jamais "Comment allez-vous ?" mais "Est-ce que vous avez déjà mangé ?" et ce, quelle soit l'heure du jour ou de la nuit. On y apprend également que Descartes était friand de bonne chère. "Bravo, murmura le duc, légèrement ironique, je croyais que les philosophes se nourrissaient surtout de systèmes et de pensées... Pardon, répliqua son hôte. Il serait navrant et injurieux pour la philosophie de penser que tant de choses succulentes ont été créées pour le seul plaisir des ignorants!"

Une petite perle injustement oubliée. On vous le disait. 

vendredi 17 mars 2017

La géographie sur les bancs des années 50


Dans les années 50, les livres de géographie avaient des couleurs et des accents exotiques, tantôt pittoresques tantôt résolument désuets et un peu choquants mais c'est dans l'esprit de l'époque. Voici "Découvrons le monde" (G. Chabot et F. Mory), un manuel de géographie pour les classes élémentaires. Publié en 1950 aux éditions Bourrelier, cet ouvrage très plaisant expose, en 80 pages bourrées d'illustrations d'Hélène Poirié, l'essentiel des notions géographiques. Il y est moins question de connaître le monde que de comprendre les milieux de vie et la variété des paysages, des climats.

Le monde, c'était, en effet, d'abord ce qui entourait l'élève et puis, c'était les autres. Fatou du Sénégal, Nanouk l'Esquinau, des enfants qui somme toute leur ressemblaient : "mieux on connaît les hommes, plus on se sent capable de les aimer quelles que soient leur couleur, leurs habitudes, leurs façons de manger ou de s'habiller." Derrière cette petite phrase si jolie, si humaniste, se cache une réalité toute autre...

Tout est narré du point de vue du petit occidental. Dans la forêt équatoriale, le climat, écrit-on, n'est ni agréable ni sain "et les blancs sont obligés de prendre chaque jour des médicaments contre la fièvre." Ce monde-là n'existe, à l'époque, que parce qu'il a un intérêt pour les occidentaux. "On va pouvoir amener jusqu'à la côte les villes de bois précieux que contient la forêt équatoriale. Ces bois seront chargés sur des bateaux. En Europe, on en fera de très jolis meubles."

Mais on y parle surtout de l'environnement de l'élève, de son pays (la France, en l'occurrence), de la vigne, de la pêche en mer, de la mine, du chemin de fer, des saisons, du temps, des travaux dans les champs et du marché et de la foire. Des préoccupations et des réflexions parfois d'un autre temps toujours savoureuses à lire : 

- "De nos jours, les lettres voyagent par chemin de fer dans un wagon-poste." 
- "Pendant le long hiver des régions de montagne, elle (une paysanne filant au rouet) travaille la laine des moutons qu'on a tondus en été."
- "Jean est un jeune apprenti mineur de quinze ans, un "galibot" comme on dit dans le Nord de la France. Aujourd'hui, il est bien ému car il va descendre au fond de la première fois."
- "Aujourd'hui l'usage des machines agricoles s'est répandu dans la plupart des fermes. Mais il y a encore des endroits où l'on coupe le foin et le blé à la faux."  

mercredi 15 février 2017

Les vitamines au secours de la paix dans les ménages

Trouvé dans une pile d'anciens journaux, ce magazine américain (Coronet) ressemblait très fort au Reader's Digest, dont il s'inspire d'ailleurs du format et des articles d'information généraliste, ciblant un public essentiellement familial. Créé en 1936, il sera distribué jusqu'en 1971.

Celui-ci date du mois de mars 1959 et contenait un excellent dossier écrit par le Sénateur Paul H. Douglas: "Un catholique peut devenir Président!" Dans un pays dominé par le protestantisme, on s'interrogeait en effet sur la possibilité d'avoir un président d'une autre conviction religieuse. La conclusion du politicien est sans équivoque: "Le temps n'est-il pas venu d'arrêter de penser à nos hauts responsables en terme de foi religieuse? (...) Personnellement, je crois que lorsque le bon candidat se présente - peu importe sa religion - les Américains feront le bon choix. Ils le font généralement." Kennedy (puisque c'est de lui qu'il s'agissait) sera finalement le seul président américain catholique jusqu'à présent.

Les publicités d'époque retiennent également mon attention. Elles peuvent être très révélatrices sur la mentalité de ces années-là. J'ai épinglé celle-ci. "Souffrez-vous d'un amour fatigué?" Madame s'interroge au terme de quinze années de mariage parce qu'elle a perdu la flamme des débuts. Pire, elle songe même à quitter son mari qui était devenu nerveux et irritable. Parce que son mari aussi était devenu trop las pour jouer avec les enfants. Et pourtant, le médecin de famille n'y avait vu rien de sérieux. Juste une déficience alimentaire. Elle est choquée, elle qui s'assurait que Jim soit toujours bien nourri. Mais non... Il s'agissait seulement d'un manque de vitamines. Voilà comment une simple capsule vitaminée sauve un mariage. Le titre vaut son pesant de cacahuètes! "Grâce à lui, je me sens à nouveau comme une épouse"...

jeudi 2 février 2017

La Belle au Bois dormant sous le trait de Béatrice Mallet

J'ai déjà parlé de Béatrice Mallet et de ses bambins joufflus. Cette fois, j'ai exhumé dans une bouquinerie, contre une pièce de 50 centimes, un exemplaire de sa version de la "Belle au Bois dormant"
 


vendredi 20 janvier 2017

L'Islamisme et le Christianisme en concurrence dans l'Afrique de 1906

Représentants de la civilisation juive
Représentants de la civilisation musulmane
En 1906, on s'interrogeait déjà sur le devenir du monde à travers le prisme religieux. "Par l'effet du développement des confréries de derviches et la recrudescence du fanatisme musulman qui en est la suite, les agents de propagande islamique et les missionnaires chrétiens sont aux prises, sur une large zone, qui traverse la masse fétichiste du centre de l'Afrique Qui l'emportera des deux propagandes? A laquelle faut-il souhaiter la victoire dans l'intérêt supérieur de la civilisation?" 
Pères blancs, représentants de la civilisation chrétienne

Ce texte et ces images sont extraits de la revue d'"A travers le monde" n° 22 du 2 juin 1906. Notez dans la première phrase l'opposition entre d'une part, la propagande  et le fanatisme islamiques et d'autre part, les missionnaires chrétiens. Parti pris? Sûrement. 

Dans l'article qui fait référence à un livre paru chez Hachette, "L'Islamisme et le Christianisme en Afrique" de G. Bonet-Maury, on est encore en plein dans les clichés poisseux. Car après tout, qu'il s'agisse d'une religion ou d'une autre, l'essentiel n'est-il pas d'arracher ces indigènes à "leurs superstitions, à leurs pratiques sanglantes et abominables, à leur saleté, à leur paresse, à leur esclavage"?  Il reste beaucoup de progrès à faire dans les mentalités en 1906...

vendredi 6 janvier 2017

Les aventures de M. Pietje au pays des féministes

Nous sommes en 1932 et le statut de la femme évolue peu à peu. Deux ans plus tôt en France, elles peuvent dorénavant être juges. Plusieurs pays dans le monde accordent leur droit de vote mais pas en France ni en Belgique (bien qu'il ait été reconnu en 1920 pour les élections communales). 

Les enfants lisent "Le Bon Point", un magazine hebdomadaire publié entre 1912 et 1938. On y trouve des histoires palpitantes pour les galopins mais aussi quelques bandes dessinées, dont celle-ci extraite du numéro daté du 17 mars 1932. 


M. Pietje est un personnage créé par Aleksas Stonkus dans les années 30. Dans celle-ci, l'auteur fait preuve d'une sérieuse dose d'auto-dérision et n'hésite pas à ridiculiser la gent masculine dont il fait partie. Car après tout, ce petit personnage, c'est lui, le réfugié lituanien en France qui éprouve des difficultés à s'intégrer dans la société française. C'est un personnage comique typique. Il est souvent malchanceux mais il se dépêtre de toutes les situations avec un humour dont il ne se départit jamais. Il me fait songer au schlemiel qui désigne en yiddish une sorte d'anti-héros maladroit, embarqué dans un tas de péripéties mais qui ne se prend pas au sérieux. Une page d'humour venue des années de crise.